Big Data, gouvernance et surveillance

L’objectif principal de cette recherche est d’évaluer dans quelle mesure les données, outils et méthodes caractéristiques du « Big Data » constituent des processus d’autorégulation qui s’assimilent à une dynamique de gouvernance et de surveillance. 1. Cerner les logiques qui sous-tendent le « Big Data » en tant que processus de production, d’entreposage, de croisement et d’analyse de données laissées volontairement ou involontairement par les internautes; 2. Évaluer si les procédés d’automatisation de l’analyse des données propres au « Big Data » constituent des processus d’autorégulation d’intérêts privés, notamment par une concentration accrue de la consommation sur un nombre réduits de biens; 3. Plus précisément, analyser comment ces processus d’autorégulation sont utilisés dans les systèmes et moteurs de recommandation d’achat de biens; 4. Enfin, démontrer l’influence du « Big Data » sur les processus communicationnels en ligne. Les résultats de cette recherche devraient nous permettre de mieux cerner comment le « Big Data » s’inscrit dans le contexte plus large de transformations des modes de communication et régulation sociale, plus spécifiquement selon une forme de gouvernance qui s’appuie sur des dispositifs en ligne. Elle devrait également nous permettre de comprendre comment le « Big Data » est lié à la fois à des modalités de représentations et de surveillance. Nous serons ainsi à même de révéler les fondements idéologiques du « Big Data » et ses effets sur la communication.

Subvention PAFARC, 2013-2014