Calendrier des activités

31 janvier 2020
  • Séminaire axe 4: Masculinités

    De 9:30 à 12:30J-2625, Pavillon Judith-Jasmin, UQAM

    Ce séminaire sur les masculinités est organisé par l'axe 4 du CRICIS, Épistémologies critiques en culture et en communication. À cette occasion, nous sommes heureux d'accueillir Stéfany Boisvert, professeure, École des médias à l'UQAM et Méoïn Hagège, docteure en sociologie (EHESS), sociologue de la santé, CEpiA (Clinical epidemiology and ageing) au Service de santé publique du CHU Henri Mondor.

    Stéfany Boisvert: Masculinités et analyse critique de la représentation des identités de genre dans les séries télévisées 

    Les séries télévisées doivent être appréhendées comme des « technologies de genre » (de Lauretis, 1987), autrement dit comme des productions médiatiques à travers lesquelles se construisent des visions populaires des identités sexuées et où, par conséquent, les normes de genre se font et se défont (Sellier, 2015). La production télévisuelle contemporaine apparaît ainsi comme un lieu important de « conflit des représentations » (Macé, 2000), soit un lieu où se confrontent diverses visions du social et des identités, notamment en ce qui concerne la représentation des masculinités : d’un côté, nous observons un mouvement de critique de certains modèles traditionnels et normatifs de masculinité, de même qu’une volonté de plusieurs diffuseurs/distributeurs d’inclure une plus grande diversité sexuelle et de genre dans leurs séries. D’un autre côté, la production télévisuelle témoigne encore d’une fascination pour les modèles de masculinité hégémonique, ainsi que d’une tendance à la hiérarchisation de la diversité, ce qui contribue à entériner certaines normes sexuelles et de genre. Dans un tel contexte, comment analyser la (re)définition des masculinités médiatisées en mettant en lumière les contradictions de la culture populaire (Fiske, 1989), tout en servant une visée critique et/ou politique?

    Cette communication adoptera une approche critique et intersectionnelle, inspirée des travaux en Cultural Studies et en gender studies, afin de résumer quelques tendances en ce qui concerne la représentation des masculinités à la télévision contemporaine. Évitant par ailleurs une approche immanentiste qui se confinerait à l’analyse des séries, il sera aussi question des discours de légitimation qui entourent et encadrent la réception des séries télévisées, puisque ceux-ci contribuent à valoriser et à rendre plus visibles certains modèles de genre, malgré la diversité des représentations disponibles.

    Références

    • Boisvert, Stéfany (2018). « The Rise and Fall of the HBO Empire: Vinyl and the Gender of TV Legitimation ». Chap. dans Victoria McCollum et Giuliana Monteverde (dir.), HBO’s Original Voices: Race, Gender, Sexuality and Power. New York : Routledge, p. 29-43. (Texte disponible sur demande)
    • Boisvert, Stéfany (2017). « Le trouble silencieux des hommes en série. La "masculinité en crise" dans les séries télévisées dramatiques nord-américaines centrées sur des personnages masculins ». Genre en séries, (5), p. 213-246. 
    • Boisvert, Stéfany (2016). « Du dix-neuf au nineteen. Une étude comparative des versions québécoise francophone et canadienne anglophone de la série télévisée 19-2 ». Canadian Journal of Film Studies/Revue canadienne d’études cinématographiques, 25(1), p. 8-26.
    • Connell, R. W. et Messerschmidt, J. W. (2005). "Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept". Gender and Society, 19(6), p. 829-859.
    • Lotz, Amanda D. (2007). "Neither Hero Nor Antihero: The Contest of Hegemonic Masculinity in U.S. Cable Dramas". Communication présentée au congrès annuel de l’International Communication Association, San Francisco. 
    • Sellier, Geneviève (2015). "Les séries télévisées, lieu privilégié de reconfiguration des normes de genre : l’exemple français". Genre en séries : cinéma, télévision, médias, no 1, p. 9-30.

    Biographie: Stéfany Boisvert est professeure à l’École des médias de l’UQAM. Elle est membre du CRICIS et du Réseau québécois en études féministes (RéQEF). Ses recherches actuelles portent sur les services de télévision par contournement et les nouvelles formes de création médiatique au Canada, les phénomènes de sérialisation, de même que la représentation de la diversité culturelle, sexuelle et de genre dans les médias. Elle codirige actuellement un numéro spécial de la revue Kinephanos intitulé « Au-delà de Netflix – Penser la diversité des pratiques et plateformes de télévision en ligne ». Elle a récemment codirigé avec Viva Paci l’ouvrage collectif Une télévision allumée: les arts dans le noir et blanc du tube cathodique (Presses universitaires de Vincennes, 2018) et publié dans des revues telles que Télévision, SERIES International Journal of TV Serial Narratives, Contemporary French Civilization et la Revue canadienne d’études cinématographiques.

    Meoïn Hagège: Études de genre et masculinités 

    Comment expliquer les rapports entre le corps et le genre ? Les sciences humaines et sociales proposent plusieurs approches de cette question, dont quatre seront passées en revue. Elles permettront de situer le champ des études sur le genre et ensuite, des exemples de travaux sur les masculinités. Il s’agira de restituer les enjeux liés à la notion de masculinités, notamment à partir des travaux de R. Connell. La perspective choisie ne sera pas celle d’un domaine d’études autonome, en opposition au féminisme et à la dénonciation des inégalités femmes/hommes. Nous aborderons plutôt ces enjeux dans une démarche qui vise à insérer l'étude des masculinités dans une perspective de critique et de transformation de la structure sociale, et notamment de la structuration contemporaine des inégalités entre femmes et hommes, ou entre groupes d'hommes.

    Références:

    • Bereni, Laure, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, et Anne Revillard. 2012. Introduction aux études sur le genre. Édition : 2e édition revue et augmentée. Bruxelles: De Boeck.
    • Cleary, Anne.2012. “Suicidal Action, Emotional Expression, and the Performance of Masculinities.” Social Science & Medicine, Part Special Issue: Men, masculinities and suicidal behaviour, 74, no. 4 : 498–505. 
    • Connell, R. W. 1990. « A whole new world: Remaking masculinity in the context of the environmental movement ». Gender & Society 4(4):452–478.
    • Connell, R. W. 1995. Masculinities. Oakland: University of California Press.
    • Connell, R. W. et James W. Messerschmidt. 2015. « Faut-il repenser le concept de masculinité hégémonique ? » Terrains & travaux N° 27(2):151 92.
    • Connell, Raewyn. 2014. Masculinités : Enjeux sociaux de l’hégémonie. édité par M. Hagège et A. Vuattoux. Paris: Editions Amsterdam.
    • Oliffe, John. 2009. “Health Behaviors, Prostate Cancer, and Masculinities A Life Course Perspective.” Men and Masculinities 11, no. 3 : 346–66. 
    • Ribeiro, Oscar, Constança Paúl, and Conceição Nogueira. 2007. “Real Men, Real Husbands: Caregiving and Masculinities in Later Life.” Journal of Aging Studies, Masculinity and Aging, 21, no. 4 : 302–13. 
    • Swarr, Amanda Lock. 2012. “Paradoxes of Butchness: Lesbian Masculinities and Sexual Violence in Contem...” Signs: Journal of Women in Culture and Society 37, no. 4.

    Biographie: Meoïn Hagège est sociologue de la santé à l’Université Paris Est Créteil au sein de l’hôpital Henri Mondor en France et l’équipe Cepia (Clinical epidemiology and ageing). Ses travaux de recherche portent sur le genre et la santé des populations vulnérables, notamment sur : la santé et les masculinités (2014), la santé des personnes détenues et sortant de prison qui vivent avec le VIH ou une hépatite C (2016, 2018), les

    Ajouter cette activité du CRICIS à votre agenda Google

21 février 2020
  • Séminaire axe 4: La théorie et la pratique éthiques à l’épreuve de la crise écologique

    De 9:30 à 12:30N-7050, Pavillon Paul-Gérin-Lajoie, UQAM

    Pour ce séminaire organisé par l'axe 4 du CRICIS, Épistémologies critiques en culture et en communication, intitulé « La théorie et la pratique éthiques à l'épreuve de la crise écologique », nous sommes heureux d'accueillir: 

    • Catherine LARRÈRE, professeure émérite en philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
    • Lucie SAUVÉ, professeure titulaire au Département de didactique de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et Directrice du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté –Centr’ERE

    Catherine Larrère: Actualité des éthiques environnementales

    Dans les années 1970, s’est développé, dans les pays anglophones et plus particulièrement en Amérique du Nord, une réflexion morale qui s’est donnée pour objet, sous le nom d’éthique environnementale, mais parfois aussi d’éthique écologique, la dimension morale des rapports entre les hommes et la nature. Presque 50 ans après, quel jugement peut-on porter sur cette nouvelle discipline éthique ? Nous étudierons plus précisément les deux idées centrales autour desquelles les éthiques environnementales se sont construites : celle de valeur intrinsèque et celle des implications morales de l’écologie. Nous les confronterons à quelques unes des idées qui ont pris de l’importance pendant ces années, notamment la dimension relationnelle et la question des limites.

    Lectures suggérées: 

    • Catherine LARRERE,  2013, « Ce que sait la montagne. Aux sources des philosophies de l’environnement », La vie des idées, https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130430_environnement.pdf
    • Catherine LARRERE, 2017, « Philosophie de l’environnement. L’écologie a-t-elle des implications morales ? »,chap. in Humanités environnementales, Enquêtes et contre enquêtes, Guillaume Blanc, Elise Demeulenaere, Wolf Feuerhahn (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne,p. 97-116. (Texte disponible sur demande: cricis@uqam.ca


    Biographie: Catherine Larrère, philosophe, est professeure émérite à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de philosophie morale et politique, elle a contribué à introduire en France les grands thèmes de l’éthique environnementale d’expression anglaise, et a développé la philosophie environnementale, autour des questions de protection de la nature, de prévention des risques, de justice environnementale et d’écologie politique, dans ses liens avec la démocratie. Après Les philosophies de l’environnement (1997) et Du bon usage de la nature  elle a récemment publié, avecRaphaël Larrère,  Penser et agir avec la nature, une enquête philosophique, Paris,La Découverte, 2015, Bulles technologiques, Marseille, éditions Wildproject, 2017, ainsi qu’un collectif, Les inégalités environnementales, Paris, PUF, 2017. Elle a également dirigé, avec RémiBeau, la publication de Penser l’anthropocène (Presses de Sciences Po, Paris, 2018) et elle a préfacé la traduction de l’article Christopher Stone, Les arbres doivent-ils pouvoir plaider ?, au Passager Clandestin (2018)

    Lucie Sauvé: En quête d''un gouvernail éthique au cœur de la crise écologique 

    L’ampleur de la crise écologique actuelle requiert des transformations sociales majeures qui tardent à se mettre en place, ce qui soulève de vives inquiétudes et une impatience grandissante à l’égard de l'insoutenable inertie du pouvoir politico-économique. Une telle situation amène entre autres à s’interroger sur les causes des profondes ruptures et des blocages qui caractérisent notre monde en déséquilibre. On atterrit ici, non sans vertige, dans le vaste domaine des significations, des valeurs, de l’éthique. Comment s’y retrouver, quelle «carte du territoire » peut aider à appréhender les systèmes de valeurs qui fondent les théories et pratiques contemporaines, incluant les pratiques discursives et communicationnelles, du monde politique et des acteurs économiques, et celles des citoyens mobilisés dans l’espace public ? Quel gouvernail éthique adopter pour mieux naviguer au cœur de la crise écologique?

    Lectures suggérées: 

    • Sauvé, L. et Girault, Y. (Dir.).  Introduction. Les enjeux éthiques des politiques publiques en matière d’environnement. Numéro thématique. Revue Éthique publique, Volume 16, no 1. http://ethiquepublique.revues.org/1308
    • Sauvé,L. (2015). Le feu de l’indignation: Un levier d’écoformation citoyenne. In Galvani, P., Pineau, G, et Taleb, M.. Le feu éco-transformateur. (277-296)Paris : L’Harmattan. (Texte disponible sur demande: cricis@uqam.ca)
    • Sauvé, L, (2009). « Le rapport entre éthique et politique : un enjeu pour l’éducation relative à l’environnement », Éducation relative à l'environnement [En ligne], Volume 8 | 2009, mis en ligne le20 décembre 2009, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ere/2229



    Biographie:
    Lucie Sauvé est professeure titulaire au département de didactique de l’Université du Québec àMontréal (UQAM). Elle est également directrice du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyenneté (Centr'ERE) et membre de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM.Elle dirige la revue internationale Éducation relative à l’environnement – Regards, Recherches, Réflexions. Elle coordonne leCollectif scientifique sur la question du gaz de schiste et les enjeux énergétiques au Québec.

    Ce séminaire est gratuit et ouvert à toutes et à tous. 

    Ajouter cette activité du CRICIS à votre agenda Google

20 mars 2020
  • Séminaire axe 4: Histoire et pluralité des perspectives historiques en communication

    De 9:30 à 12:30N-7050, Pavillon Paul-Gérin-Lajoie, UQAM

    Ce séminaire organisé par l'axe 4 du CRICIS, Épistémologies critiques en culture et en communication, sera animé par Katharina Niemeyer, professeure à l'École des médias de l'UQAM et Martin Bonnard, étudiant au doctorat en communication à l'UQAM. 

    Résumé: 
    Ce séminaire sur l’histoire et la pluralité des perspectives historiques envisage l’étude des processus et phénomènes communicationnels dans la « longue durée » afin de dégager au-delà de l’événementiel ou du conjoncturel ce qui est structurellement pertinent pour retracer l’évolution des dynamiques de transformation à l’œuvre dans différents contextes sociohistoriques. Il interroge les présupposés épistémologiques de cette approche, leur actualité et leur apport à une histoire plurielle des médiations et des médiatisations contemporaines. Est-il possible et nécessaire de conjuguer la micro-histoire et la macro-histoire ? Le conjoncturel et le structurel ? L’événement (médiatique) et la longue durée ? Quelles approches théoriques permettent aujourd’hui d’enrichir la perspective structurelle en assurant la prise en compte de la nature foisonnante de l’histoire et de l’historiographie ?Ce questionnement est aujourd’hui d’autant plus significatif que la tendance est de trop souvent circonscrire les phénomènes en question essentiellement dans le temps présent - ou encore de courte durée - et d’en privilégier l’étude en vertu de leur caractère de « nouveauté », d’actualité. Ainsi, une technologie semblant chasser une autre, les objets de recherche vont rapidement changer en fonction des dernières « innovations » dominantes, tandis que, pourtant d’un grand intérêt, les enseignements issus des travaux effectués sur des objets plus anciens, enfouis ou encore oubliés sont par la suite largement – mais pas complètement – ignorés. Les approches émanant des chercheur.e.s en histoire, histoire des médias et en archéologie de médias apportent ici des regards critiques, structurants et pertinents – voire même nécessaires afin de ne pas céder à l’oubli du passé des « nouvelles » technologies de communication qui sont souvent vendues et commercialisées comme étant a-historiques. Par ailleurs, la multiplicité des pôles d’observation sur l’histoire qui sont définis soit en fonction de champs disciplinaires concurrents, soit à partir d’optiques nationales spécifiques, soit encore en regard des rapports sociaux de pouvoir, ne conduit pas nécessairement à des vues convergentes sur les réalités sociales, leur généalogie et leur portée historique.Les trois intervenant.e.s proposeront leur perspective sur leur conception de l’histoire et sur la place de la longue durée dans leurs recherches. 

    Texte d’introduction rédigé par Michel Sénécal, professeur au Département Sciences humaines, Lettres et Communication de la Téluq, Katharina Niemeyer, professeure à l'École des médias de l'UQAM et Martin Bonnard, étudiant au doctorat en communication à l'UQAM. 

    À cette occasion, nous sommes heureux d'accueillir:

    • Catherine Russel, professeure en études cinématographique (Film Studies) à l'Université Concordia; 
    • Valérie Schafer, professeure en histoire européenne contemporaine à l'Université de Luxembourg et chercheuse à l'Institut des sciences de la communication au CNRS/Sorbonne Nouvelle et
    • François Vallotton, professeur en histoire contemporaine à l'Université de Lausanne.

    Ce séminaire est gratuit et ouvert à toutes et à tous. 

    À propos des auteur.e.s

    Valérie Schafer est professeure d’histoire européenne contemporaine (C2DH, Université du Luxembourg) et chercheuse associée au Centre Internet et Société (CNRS). Après avoir consacré sa thèse à l’histoire des réseaux Cyclades et Transpac et son HDR à l’histoire du Web en France dans les années 1990, elle poursuit ses recherches sur l’histoire de l’informatique, des télécommunications et des cultures numériques. Elle est co-fondatrice de la revue Internet Histories. Digital Technology, Culture and Society, secrétaire générale de la Société pour l’histoire des médias et vice chair de la section histoire d’ECREA. Elle a récemment co-publié Qu’est-ce qu’une archive du Web? (OpenEditions) et co-dirigé Penser l’histoire des Médias (CNRS Éditions). 

    Catherine Russell is Distinguished Professor of Film Studies at Concordia University in Montreal, Canada. She is the author of five books, including Experimental Ethnography: The Work of Film in the Age of Video (1999), and Archiveology: Walter Benjamin and Archival Film Practices (2018) and two books on Japanese cinema. Her articles on documentary cinema, Japanese cinema, and experimental film have appeared in numerous journals, collections, readers, and anthologies. Please see http://www.catherinerussell.ca

    Ajouter cette activité du CRICIS à votre agenda Google