Cycle de conférences-débats 2016-2017: Mutations de la culture et des médias

Lors de l’année 2016-2017, l’axe 1 du CRICIS, Mutations de la culture et des médias, organise un cycle de conférences-débats avec Jacob Matthews, Sami Coll et Christophe Magis. Vous trouvez les résumés et enregistrements des conférences ici.

Conférence-débat avec Christophe Magis du 19 janvier 2017

Le CRICIS est heureux d’avoir reçu Christophe Magis, maître de conférences à l’Université Paris 8 et chercheur au CEMTI, pour une conférence-débat intitulée « Penser les mutations de l’industrie musicale » le 19 janvier 2017.

Les recherches de Christophe Magis portent sur l’épistémologie des sciences sociales et de la critique, ainsi que sur les mutations des industries culturelles notamment en rapport avec celles de l’industrie publicitaire, dans une perspective Théorie critique des médias et économie politique de la communication.

Penser les mutations de l’industrie musicale : l’économie politique à l’écoute des textes

Si l’économie politique de la communication revendique généralement le caractère interdisciplinaire de son approche des mutations de la culture, afin de les replacer dans les mutations plus générales du capitalisme, il faut reconnaître que cette “interdisciplinarité” est généralement assez peu posée épistémologiquement et finit par se limiter à une simple socio-économie. Cette présentation se propose de montrer comment de récentes transformations de l’économie de la musique enregistrée en direction tant de la recherche de revenus dérivés (licences pour la synchronisation publicitaire ou cinématographique) que de l’économie de plate-formes (avec les plate-formes de téléchargement comme Deezer, Napster ou Spotify) ne sont pas sans incidence sur la manière dont les “contenus” sont produits, pensés et créés, et qu’à l’inverse, ces derniers tendaient quelquefois à “forcer” certaines stratégies socio-économiques. Pour analyser dans un même mouvement tant les mutations socio-économiques que les mutations esthétiques afin d’étudier leurs co-déterminations, il convient de mettre sur pied un système conséquent d’analyse interdisciplinaire qui pourrait notamment s’appuyer sur une méthodologie très employée dans les théories des industries culturelles : la modélisation socio-économique.

Bibliographie :

Pour réécouter la conférence ainsi que la période de questions:

Conférences-débats avec Jacob Matthews le 2 et 4 novembre 2017

Le CRICIS est heureux d’avoir reçu Jacob Matthews, maître de conférences à l’Université Paris 8, pour deux conférences-débats qui ont eu lieu le 2 et 4 novembre 2016 à l’UQAM.

Jacob Matthews est docteur en sciences de l’information et de la communication et maître de conférences HDR à l’Université Paris 8. Il est chercheur au CEMTI et à l’Observatoire des mutations des industries culturelles (OMIC). Ses travaux s’inscrivent au croisement de la théorie critique et de la socio-économie des industries culturelles. Il est l’auteur, avec Vincent Rouzé et Jérémy Vachet de La culture par les foules ? Le crowdfunding et le crowdsourcing en question (2014) et a co-écrit, avec Philippe Bouquillion, Le Web collaboratif : mutations des industries de la culture et de la communication (2010).

Conférence-débat du 2 novembre 2016: L’apport de Nicholas Garnham aux théories de la communication

Nicholas Garnham est considéré comme l’un des chercheurs majeurs en économie politique de la communication. Dorénavant professeur émérite à la University of Westminster à Londres, il a occupé pendant sa carrière diverses fonctions à la tête de la BBC (British Broadcasting Corporation) et du BFI (British Film Institute) avant de devenir professeur d’université. Il a également été le premier directeur de la revue scientifique Media, Culture and Society lancée en 1979. Ses activités de recherche ont porté principalement sur la créativité intellectuelle et artistique, le travail et la production culturelle à partir notamment de la prise en compte des conditions politiques, sociales, économiques et culturelles existantes. Il a également participé activement au débat entre économie politique de la communication et cultural studies. Dans sa conférence, Jacob Matthews présentera l’apport de Garnham aux théories en communication.

Références:

Pour réécouter la conférence ainsi que la période de questions:

Conférence-débat du 4 novembre 2016: Web collaboratif ou web coercitif. A propos du travail (et) des plateformes d’intermédiation numérique

Pour les commentateurs les plus enthousiastes, nous assisterions à l’éclosion d’une « économie collaborative », sur la base d’un marché mondial ouvert à une multitude de ventures de durées et dimensions diverses, reliés entre eux par les outils et réseaux de communication numériques. Quelles que soient les réserves que l’on peut émettre face aux visions enchantées d’une « économie du partage », il est indéniable que le développement présent du web s’accompagne de perturbations et d’innovations dans les processus de production et de consommation de nombreux biens et services ; les plateformes d’intermédiation numérique se présentent comme des terrains d’expérimentation socio-économique fertiles. Présents au sein – ou à l’orée – de filières industrielles fort diverses, ces dispositifs participent de « la tendance visant à appliquer des méthodes nouvelles à des environnements industriels et économiques devenus de moins en moins maîtrisables par les méthodes habituelles de gestion et d’organisation des ressources » (Bouquillion, Miège, Mœglin, 2013 : 14). La présente séance a pour objet cette extension des plateformes d’intermédiation numérique ainsi que les modalités de gestion du travail qu’elles déploient.

Références:

La conférence à été filmée. Pour réécouter la conférence ainsi que la période de questions, rendez-vous sur notre chaîne YouTube.

 

Conférence-débat avec Sami Coll du 23 novembre 2017

Le CRICIS est heureux d’avoir reçu Sami Coll pour une conférence-débat le 23 novembre 2016.

Sami Coll est docteur en sociologie (2010) et ingénieur HES en télécommunications (1991). Après l’obtention de sa thèse à Genève (Suisse), il fait un post doctorat à la City University of New York (2010-2011) et au Surveillance Studies Centre (2011) de la Queen’s University (Canada). Après la publication de Surveiller et récompenser : Les cartes de fidélité qui nous gouvernent (Seismo, 2015), il démarre une recherche sur les enjeux sociaux et politiques du Big data. Il est actuellement chercheur associé à l’Université de Genève, professeur invité à l’Ecole des médias de l’UQAM et chercheur invité au GRSQ / CRICIS.

Marketing, profilage et consommation

Avec les technologies du big data, il est devenu possible non seulement d’accumuler une grande masse de données, mais surtout de les traiter de façon exhaustive, parfois même en temps réel. Cependant, l’objectif le plus courant du traitement des données est resté fondamentalement le même : faire du profilage de consommateurs à des fins de marketing. Sami Coll va présenter une étude de cas de ce qui était présenté comme étant l’aboutissement du marketing relationnel (également appelé customer relationship management), à savoir les systèmes de fidélisation de la grande distribution. Il montrera dans quelle mesure le big data, tel qu’il est utilisé par les géants de l’Internet, peut être analysé comme étant dans la continuité d’une certaine forme de gouvernementalité des consommateurs reposant sur un biopouvoir et un capitalisme informationnel qu’il proposera de définir en quelques axes. Enfin, il abordera les principaux enjeux éthiques et politiques soulevés par ce développement du marché numérique de la consommation.

Références

  • Sami COLL (2012), « Le marketing relationnel et le lien marchand : Le cas des cartes de fidélité suisses », in Du lien marchand: comment le marché fait société, Franck Cochoy (dir.), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, pp. 197-218.
  • Sami COLL (2016), « Big data, Big Problems? Enjeux éthiques et sociaux du big data », in Big Data und Datenschutzrecht / Big Data et droit de la protection des données, Astrid Epiney et Daniela Nüesch (dir.),  Zürich, Schulthess Verlag.
  • Detlev ZWICK et Janice DENEGRI-KNOTT (2009), « Manufacturing Customers: The database as new means of production », Journal of Consumer Culture, vol 9, n 2, pp. 22147.

Pour réécouter la conférence ainsi que la période de questions: