Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Les approches critiques en communication organisationnelle

22 janvier | 9 h 30 min - 12 h 30 min

Le séminaire intitulé Les approches critiques en communication organisationnelle est organisé par l’axe 4 du CRICIS, Épistémologies critiques en culture et en communication. À cette occasion, nous aurons le plaisir d’accueillir:

  • Sophie Del Fa, professeure en communication à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et
  • Thomas Heller, maître de conférence à l’Université Lille 3 et chercheur au laboratoire Geriico

Ce séminaire est gratuit et ouvert à toutes et à tous. Il aura lieu sur Zoom. Inscription possible jusqu’au 21 janvier 2020 à 20h en écrivant à l’adresse cricis@uqam.ca

Résumés des communications:

Sophie Del Fa: Pour une approche constitutive critique de la communication (et des organisations)

Les études en communication se sont de différentes manières intéressées au capitalisme. Que ce soit en considérant les médias et outils de communication comme un de ses moteurs ou encore dans une perspective d’économie politique en révélant les mécanismes financiers à l’œuvre. De son côté, l’approche constitutive de la communication (connue sous l’acronyme CCO) a peu pensé et/ou considéré le capitalisme dans sa conception de la communication et des organisations. Plusieurs invitations se dessinent pour penser la manière dont le capitalisme (néolibéral) peut être considéré comme un participant intrinsèquement lié aux pratiques socioéconomiques qui « font » la communication (Kuhn et al., 2017; Mumby, 2019) . À partir de ces travaux émergents nous proposons de réfléchir à la manière dont le capitalisme néolibéral organise le « social » et ce avec une perspective CCO. La prémisse de départ est la suivante : la communication est une pratique relationnelle par laquelle plusieurs êtres à ontologie variable sont reliés. À partir de ce point de départ, nous questionnerons la nature de cette relation en montrant
justement que la considérer comme étant intrinsèquement capitaliste/néolibérale permetde donner une coloration critique à l’approche CCO. Nous explorerons donc les potentialités critiques de l’approche CCO tant pour la communication que pour l’organisation. Cela amènera à une réflexion sur la manière dont cette dimension critique de CCO permet de penser au-delà de l’organisation des formes de résistances telles que les mouvements sociaux, les organisations alternatives, etc.

Textes d’accompagnement: 

  • Mumby, D.K. (2020). Theorizing Struggle in the Social Factory. Organization Theory, 1, 1-14.
  • Del Fa, S. (à paraître). Ce qu’être anticapitaliste veut dire: une approche constitutive. NPSS, 16(1), 109-143. (accessible sur demande en écrivant à l’adresse cricis@uqam.ca [facultatif pour suivre le séminaire]).

Biographie: Sophie Del Fa est professeure en communication à l’Université du Québec à Chicoutimi et membre du Groupe de Recherche sur la Communication Organisation (RECOR). Elle est également engagée en tant que chercheuse au sein du Grand dialogue régional pour la transition socio écologique au Saguenay—Lac-Saint et militante à la Coalition Fjord.

Thomas Heller: Gouvernementalité manageriale-communicationnelle : un humanisme contrarié.

On peut envisager la critique de la communication organisationnelle selon deux orientations : la première vise à nourrir une critique du capitalisme (dont l’organisation est un instrument parmi d’autres de son développement) et la seconde vise à nourrir une critique de l’organisation (dont le capitalisme est son contexte plus ou moins structurant). Mon travail s’inscrit plutôt dans cette deuxième orientation, et ce n’est pas sans conséquence sur la manière d’envisager la critique de la communication, dès lors aussi que l’on considère que cette dernière est constitutive de l’organisation. Comment faire critique tout en tenant compte de l’impératif organisationnel (fait de contraintes, de divisions, de conflictualité) ? C’est avec cette question que j’envisage d’introduire la question posée des relations entre critique et communication organisationnelle, avant de présenter quelques aspects de mes préoccupations de recherche ; ceux-ci concernent grosso modo la relation entre communication et ce qu’on pourrait appeler la gouvernementalité managériale ; il s’agira, dans une perspective qui doit beaucoup au travail de M. Foucault, de montrer comment il est possible de nouer communication et management contemporain (soit la communication comme objet et cible du pouvoir) et comment, à travers cette gouvernementalité-managériale, logique de domination et logique d’émancipation peuvent aussi cohabiter.

Textes d’accompagnement: 

  • Foucault M. (1978), le sujet et le pouvoir, in Dits et écrits tome IV texte n°306.
  • Heller T. (2020), cette obscure clarté qui tombe de la communication, paru dans «le côté obscur de la communication des organisations», V. Carayol, V. Lépine, L. Morillon (dir.), Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, p. 211-226.
  • Heller T. (2015), Du pouvoir reconnaissant. Reconnaissance et temporalité à l’aune du concept d’assujettissement, in JC Domenget, V. Larroche, M-F. Peyrelong (dir.), reconnaissance et temporalités, une approche info-communicationnelle, L’Harmattan, p. 70-90.

Biographie: Thomas Heller est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille Haut-de-France et membre du laboratoire GERiiCO. Il est également attaché au groupe Org & Co.

Détails

Date :
22 janvier
Heure :
9 h 30 min - 12 h 30 min