Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Séminaire de l’Axe 3: les problèmes publics de l’information | 3 février

3 février | 9 h 30 min 12 h 30 min

Séminaire sur les problèmes publics de l’information: trois problèmes par trois chercheurs. Un séminaire de l’axe 3 du CRICIS, Pratiques et conditions de production de l’information.

Quand : vendredi 3 février, de 9h30 à 12h30

Où : salle J-1090 du pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM (métro Berri-UQAM) et sur zoom. Le lien zoom sera communiqué sur inscription auprès de notre coordonnatrice à l’adresse centrecricis@gmail.com 

Attention : le séminaire ne sera pas enregistré.

L’axe 3 du CRICIS (Pratiques et conditions de production de l’information) vous invite à son second séminaire de l’année 2022-2023, en zoom ainsi qu’en présentiel à l’UQAM (J-1090). N’oubliez pas de vous inscrire en écrivant au centrecricis@gmail.com. Le séminaire est ouvert à tous et à toutes.

Au programme du séminaire : trois problèmes par trois chercheurs

Aimé-Jules Bizimana: Le problème de l’information en temps de conflit et sa réponse politique.

Résumé : Suite au programme de l’embedding américain en Irak, plusieurs armées occidentales ont adopté le modèle de l’intégration journalistique dans les opérations militaires. C’est le cas de l’armée canadienne qui a accueilli des centaines de journalistes intégrés à Kaboul et à Kandahar pour couvrir sa mission au sein de l’OTAN. La communication présentera les constats et les conclusions de l’ouvrage Communiquer la mission. L’armée canadienne et les médias intégrés en Afghanistan (PUQ, 2022) en les reliant à l’approche des problèmes publics.

Bio : Aimé-Jules Bizimana est professeur au département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Ses recherches portent en grande partie sur le journalisme de guerre et les relations armée-médias. Il s’intéresse également à la régulation et à l’économie politique des médias.

Jean-Hugues Roy: Le problème de la crise économique des médias d’information et sa réponse législative.

La décennie 2010 a été marquée par une crise aigüe du modèle d’affaires des médias d’information privés. Dans plusieurs pays occidentaux, l’effondrement des revenus publicitaires s’est traduit par des mises à pied et la fermeture de nombreux médias. Au Québec et au Canada, les deux ordres de gouvernements ont mis en place différents programmes pour appuyer financièrement la production d’information. La plus récente initiative, le projet de loi C-18, vise à forcer Alphabet (Google) et Meta (Facebook) à partager leurs revenus avec les médias d’information.

Bio : Jean-Hugues Roy est professeur au programme de journalisme de l’École des médias de l’UQAM. Il s’intéresse à l’impact des technologies sur le journalisme en général, à celui des plateformes socionumériques sur le financement de l’information en particulier.

Artur de Matos Alves: Le problème de la curation de l’information en ligne et la réponse de l’autorégulation.

Les discours sur la transparence des plateformes évoluent à mesure que les entreprises tentent de répondre au besoin perçu de plus de transparence. Initialement considérée comme une propriété inhérente aux technologies numériques et à internet, la transparence est devenue un idéal à atteindre. La perception de la responsabilité démocratique des géants de l’internet (tels qu’Alphabet/Google et Meta/Facebook), notamment en ce qui concerne les droits politiques de leurs utilisateurs à travers le monde, a placé la notion de transparence au centre de la rhétorique des plateformes en ligne et activisme.

Bio : Artur de Matos Alves est professeur au Département de sciences humaines, lettres et communication de la Télé-Université du Québec (TÉLUQ). Sa recherche porte sur les médias numériques et la philosophie de la technique.