Vidéo: Représenter le.s genre.s dans les médias

La quatrième rencontre de la saison 2021-2022 du séminaire GEM : Genre(s) et méthodes, co-organisé par le LabSIC (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Paris Nord, France) et le CRICIS (Centre interuniversitaire sur la communication, l’information et la société, Québec, Canada), au eu lieu sur zoom le vendredi 1er avril 2022 entre 9h et 12h (15h-18h à Paris).

À cette occasion, nous avons accueilli Cécile Méadel, professeure des universités à Panthéon Assas, ainsi que Carol-Ann Rouillard, doctorante en communication à l’UQTR. La présentation de Cécile Méadel peut être visionnée ici:

Résumé de la communication

Cécile Méadel : Se compter pour compter. Compter sans compter. Sur les métriques du genre médiatisé   

Les quantifications autour de la présence des genres dans les médias se multiplient sans que l’impact de ces mesures ne soit interrogé. Il s’agira de revenir sur les résultats de la dernière enquête du Global media monitoring project (GMMP) pour analyser leur modalité de construction.

Biographie: Cécile Méadel est professeure des universités à Panthéon Assas, directrice du CARISM (Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaires sur les médias). Ses travaux portent sur les TIC et la mise en forme des usages et des usagers. Elle s’intéresse également aux formes d’existence du Genre sur Internet et dans les médias (méthodologies de quantification et controverses).


Co-organisé par le LabSIC (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Paris Nord, France) et le CRICIS (Centre interuniversitaire sur la communication, l’information et la société, Québec, Canada), le séminaire Genre(s) et méthodes (GEM) s’attache à étudier les questions féministes, intersectionnelles et de genre(s) en termes de méthodes, méthodologies et épistémologies. Concept transdisciplinaire fluide et non figé, le genre – ou les genres, pour échapper à un fonctionnement social binaire – a fait l’objet de travaux qui, en proposant un décentrement radical, ont transformé le paysage des sciences sociales et humaines tout au long du XXe siècle. Ce séminaire a pour objectif de proposer un espace pour discuter des apports de ces études à la pratique scientifique.