Vidéo: séminaire sur les masculinités

Le 31 janvier 2020 a eu lieu un séminaire sur les masculinités. À cette occasion, le CRICIS a accueilli Stéfany Boisvert, professeure à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et Méoïn Hagège, sociologue de la santé, chercheure au CEpiA (Clinical epidemiology and ageing) du Service de santé publique du CHU Henri Mondor à Créteil en France. Le séminaire était animé par Lisiane Lomazzi et Sklaerenn Le Gallo, doctorantes en communication à l’UQAM. Vous pouvez visionner les conférences ci-bas.

Meoïn Hagège: Études de genre et masculinités 

Comment expliquer les rapports entre le corps et le genre 루미온 8.3? Les sciences humaines et sociales proposent plusieurs approches de cette question, dont quatre seront passées en revue. Elles permettront de situer le champ des études sur le genre et ensuite, des exemples de travaux sur les masculinités. Il s’agira de restituer les enjeux liés à la notion de masculinités, notamment à partir des travaux de R. Connell. La perspective choisie ne sera pas celle d’un domaine d’études autonome, en opposition au féminisme et à la dénonciation des inégalités femmes/hommes. Nous aborderons plutôt ces enjeux dans une démarche qui vise à insérer l’étude des masculinités dans une perspective de critique et de transformation de la structure sociale, et notamment de la structuration contemporaine des inégalités entre femmes et hommes, ou entre groupes d’hommes 다운로드.

Références:

  • Bereni, Laure, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, et Anne Revillard. 2012. Introduction aux études sur le genre. Édition : 2e édition revue et augmentée. Bruxelles: De Boeck.
  • Cleary, Anne.2012. “Suicidal Action, Emotional Expression, and the Performance of Masculinities.” Social Science & Medicine, Part Special Issue: Men, masculinities and suicidal behaviour, 74, no 동물철권2 다운로드. 4 : 498–505. 
  • Connell, R. W. 1990. « A whole new world: Remaking masculinity in the context of the environmental movement ». Gender & Society 4(4):452–478.
  • Connell, R. W. 1995. Masculinities. Oakland: University of California Press.
  • Connell, R. W. et James W. Messerschmidt. 2015. « Faut-il repenser le concept de masculinité hégémonique  슈팅스타 다운로드? » Terrains & travaux N° 27(2):151 92.
  • Connell, Raewyn. 2014. Masculinités : Enjeux sociaux de l’hégémonie. édité par M. Hagège et A. Vuattoux. Paris: Editions Amsterdam.
  • Oliffe, John. 2009. “Health Behaviors, Prostate Cancer, and Masculinities A Life Course Perspective.” Men and Masculinities 11, no. 3 : 346–66. 
  • Ribeiro, Oscar, Constança Paúl, and Conceição Nogueira. 2007. “Real Men, Real Husbands: Caregiving and Masculinities in Later Life.” Journal of Aging Studies, Masculinity and Aging, 21, no 다운로드. 4 : 302–13. 
  • Swarr, Amanda Lock. 2012. “Paradoxes of Butchness: Lesbian Masculinities and Sexual Violence in Contem…” Signs: Journal of Women in Culture and Society 37, no. 4.
Biographie: Meoïn Hagège est sociologue de la santé à l’Université Paris Est Créteil au sein de l’hôpital Henri Mondor en France et l’équipe Cepia (Clinical epidemiology and ageing). Ses travaux de recherche portent sur le genre et la santé des populations vulnérables, notamment sur : la santé et les masculinités (2014), la santé des personnes détenues et sortant de prison qui vivent avec le VIH ou une hépatite C (2016, 2018), les enjeux sanitaires des violences de genre à la Réunion, en Martinique et en Guadeloupe (2019), les cancers chez les patient.e.s âgé.e.s (2020) ou les patient.e.s précaires ou éloigné.e.s du système de santé (en cours de publication) 웃긴 배경 화면 다운로드. Elle enseigne les sciences sociales en santé et les méthodologies en science sociales (2010-2020) et encadre des travaux de recherche d’étudiant.e.s de master et de thèse (2015-2020), dans des formations universitaires en sciences sanitaires et sociales, en travail social, en génie des technologies de santé, en sciences infirmières, en santé publique, et en ergothérapie.

Stéfany Boisvert: Masculinités et analyse critique de la représentation des identités de genre dans les séries télévisées 

Les séries télévisées doivent être appréhendées comme des « technologies de genre » (de Lauretis, 1987), autrement dit comme des productions médiatiques à travers lesquelles se construisent des visions populaires des identités sexuées et où, par conséquent, les normes de genre se font et se défont (Sellier, 2015). La production télévisuelle contemporaine apparaît ainsi comme un lieu important de « conflit des représentations » (Macé, 2000), soit un lieu où se confrontent diverses visions du social et des identités, notamment en ce qui concerne la représentation des masculinités : d’un côté, nous observons un mouvement de critique de certains modèles traditionnels et normatifs de masculinité, de même qu’une volonté de plusieurs diffuseurs/distributeurs d’inclure une plus grande diversité sexuelle et de genre dans leurs séries 다운로드. D’un autre côté, la production télévisuelle témoigne encore d’une fascination pour les modèles de masculinité hégémonique, ainsi que d’une tendance à la hiérarchisation de la diversité, ce qui contribue à entériner certaines normes sexuelles et de genre. Dans un tel contexte, comment analyser la (re)définition des masculinités médiatisées en mettant en lumière les contradictions de la culture populaire (Fiske, 1989), tout en servant une visée critique et/ou politique?

Cette communication adoptera une approche critique et intersectionnelle, inspirée des travaux en Cultural Studies et en Gender Studies, afin de résumer quelques tendances en ce qui concerne la représentation des masculinités à la télévision contemporaine 저작권 이미지 다운로드. Évitant par ailleurs une approche immanentiste qui se confinerait à l’analyse des séries, il sera aussi question des discours de légitimation qui entourent et encadrent la réception des séries télévisées, puisque ceux-ci contribuent à valoriser et à rendre plus visibles certains modèles de genre, malgré la diversité des représentations disponibles.

Références:

Biographie: Stéfany Boisvert est professeure à l’École des médias de l’UQAM. Elle est membre du CRICIS et du Réseau québécois en études féministes (RéQEF). Ses recherches actuelles portent sur les services de télévision par contournement et les nouvelles formes de création médiatique au Canada, les phénomènes de sérialisation, de même que la représentation de la diversité culturelle, sexuelle et de genre dans les médias. Elle codirige actuellement un numéro spécial de la revue Kinephanos intitulé « Au-delà de Netflix – Penser la diversité des pratiques et plateformes de télévision en ligne ». Elle a récemment codirigé avec Viva Paci l’ouvrage collectif Une télévision allumée: les arts dans le noir et blanc du tube cathodique (Presses universitaires de Vincennes, 2018) et publié dans des revues telles que TélévisionSERIES International Journal of TV Serial NarrativesContemporary French Civilization et la Revue canadienne d’études cinématographiques.